MENU

Être bien informé sur les risques

Les aléas et effets indésirables d’une chirurgie réfractive

En matière de chirurgie, le « risque zéro » n’existe pas et affirmer le contraire serait irresponsable. Si à la Clinique de la Vision Strasbourg, nous pallions les aléas au maximum avec un plateau technique dernier cri et le recours à des chirurgiens reconnus, nous nous faisons un devoir de vous informer aussi sur les effets secondaires et les complications éventuelles liées à nos interventions.

Actes de chirurgie réfractive : des aléas très rares (0,5 %), mais possibles

La mise en place du « Parcours patient » à la Clinique de la Vision Strasbourg nous permet de mieux percevoir vos aspirations et évaluer votre état de santé général. Cette connaissance est cruciale pour détecter toute caractéristique particulière pouvant favoriser la survenue de complications ou d’effets secondaires à l’issue d’une opération des yeux

Pour autant, des aléas peuvent survenir durant l’intervention (apparition de bulles lors de la découpe au laser femtoseconde, extraction incomplète de tissu, etc.) et imposer un report de quelques jours vers une nouvelle tentative. D’autres aléas peuvent découler de la cicatrisation de vos yeux, en lien avec votre état de santé et votre mode de vie (fumeur, personne âgée, allergie, climatisation excessive, etc.). 

Ces complications sont estimées à 1 % des cas seulement. Les effets secondaires d’une chirurgie réfractive sont quant à eux mieux connus, et donc davantage anticipés et traités.

Deux types d’effets indésirables après une opération des yeux

La plupart des effets secondaires recensés ont trait au traitement postopératoire et font souvent suite à la correction de fortes amétropies. La grande majorité des symptômes disparait en quelques mois avec un traitement approprié. Pour une correction au laser LASIK, la plus fréquente, l’ANSM recense par exemple  : 

  • une sècheresse oculaire, souvent légère et transitoire ;
  • un pli ou une opacification du volet cornéen ;
  • une inflammation, voire une infection de la cornée, etc.

D’autres effets secondaires relèvent de l’intervention elle-même et peuvent être résolus par un retraitement de la cornée. 

Ces risques potentiels vous sont signalés et explicités en toute franchise lors de l’entretien médical et repris dans votre contrat de soins. À la moindre gêne ou douleur, rapprochez-vous de votre chirurgien qui pourra vous proposer un traitement d’appoint. Pour rappel, les chirurgiens sont tenus de déclarer tout incident à l’ANSM : une démarche également ouverte aux patients.